Qu’est-ce qu’on mange ? Tribune du département 47

Le Conseil départemental, partenaire de la journée, est heureux d’accueillir en Lot-et-Garonne le festival de l’alimentation et de la gastronomie de demain.

Tout au long des rencontres, débats et ateliers sont placés sous l’intitulé simple mais tellement essentiel « qu’est-ce qu’on mange ?», nous aurons l’occasion de réaffirmer quelques évidences que la pandémie est venue conforter : lien entre alimentation, bien-être, santé et environnement ; nécessité de promouvoir une alimentation responsable et durable ; nécessité de réduire les inégalités d’accès à une alimentation plus saine.

Le Département de Lot-et-Garonne a souhaité se saisir de cette journée en organisant un temps d’échange autour de l’approvisionnement alimentaire de proximité et des circuits courts.

Ce sujet n’a pas été choisi au hasard. Face aux scandales sanitaires et aux bouleversements climatiques mondiaux, nombre de nos concitoyens sont en quête d’une alimentation issue des circuits courts. Les produits locaux s’invitent à la table de nos foyers. Il était temps qu’ils s’invitent aussi à celle des restaurants collectifs.

En Lot-et-Garonne, territoire traditionnellement qualifié de « jardin de la France » grâce à la qualité et à la diversité de ses quelque 70 productions agricoles, le Conseil départemental a impulsé une démarche globale dès 2011 pour parvenir à construire un véritable écosystème des circuits courts en restauration collective.

Grâce au programme « Du 47 dans nos assiettes », 100 % des produits frais servis aux collégiens sont désormais issus du territoire (entreprises et producteurs de Lot-et-Garonne et de départements de Nouvelle-Aquitaine). Cette initiative, récompensée par plusieurs prix nationaux (Trophée Eco Actions, Prix Territoria) et citée en exemple dans de nombreux territoires, a également permis de réduire considérablement le gaspillage alimentaire.

Nous souhaitons néanmoins aller plus loin. L’opération « Du 47 dans nos assiettes » sera ainsi étendue aux EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) volontaires. Nous savons en effet combien le sujet de l’alimentation est important pour les personnes âgées, en termes de santé bien évidemment, mais également de bien-être. Grâce à cette opération, nous comptons améliorer sensiblement la qualité des repas proposés à nos ainées afin qu’ils y trouvent du plaisir. Car manger doit rester ou redevenir source de satisfaction, de découverte et d’émotions, et alimentation doit pouvoir rimer avec gastronomie.

Nous vous souhaitons une excellente journée d’échanges et de partages, à la rencontre des initiatives qui font la part belle à la richesse de nos territoires.

Sophie Borderie, Présidente du Conseil départementale