Nos partenaires s’engagent!

Ville du Havre & Le Havre Seine Métropole

Edouard PHILIPPE

Maire du Havre, Président Le Havre Seine Métropole

Cela fait maintenant 10 ans que nous accueillons au Havre les acteurs de l’économie positive. 10 ans à réfléchir à un nouveau modèle économique, social, écologique et démocratique à l’échelle territoriale.

Pour cette nouvelle édition, le LH Forum se réinvente et devient LH2O. Le rendez-vous des territoires positifs s’intéresse à l’un des biens les plus précieux de l’humanité : l’eau.

Au Havre, peut-être plus qu’ailleurs, nous sommes conscients que notre destin est intimement lié à celui des océans.

C’est pourquoi cette année, LH2O aborde la place fondamentale des océans et des fleuves dans notre écosystème et notre économie. Avec la même détermination qui nous anime depuis 2012, ces 2 jours seront consacrés à trouver des solutions durables pour bâtir un modèle de croissance vertueux qui respecte l’Homme et la nature.

VEOLIA

Antoine FREROT

PDG VEOLIA

« La pandémie de Covid-19 a constitué un tournant en matière de responsabilisation des entreprises et a renforcé leur implication dans les domaines extra-économiques.

La crise a amplifié un mouvement de fond : c’est l’ère de l’entreprise « élargie », qui doit viser une performance plurielle, à la fois financière, environnementale et sociale. Elle ouvre la voie à un capitalisme plus utile, patient et pondéré. Ce n’est ni de la gentillesse ni de la philanthropie.

En s’engageant auprès de ses parties prenantes, en construisant un écosystème basé sur la confiance, l’entreprise devient tout simplement plus forte et résiliente. Il s’agit de mettre l’entreprise au service de ses clients, de ses fournisseurs, de ses salariés, des territoires dans lesquels elle est implantée, de ses actionnaires… et surtout au service des générations futures, de la société et de la planète. N’en déplaise à Milton Friedman, célèbre économiste néo-libéral, l’entreprise n’est pas seulement une entité économique sans autre but que de maximiser les profits de ses actionnaires. Elle fournit des biens et des services aux citoyens, crée des emplois, génère de l’activité pour ses fournisseurs, paie des impôts et des taxes, redistribue de la valeur ajoutée à ses salariés… Pour tous ces motifs, son activité relève de l’intérêt général et pas seulement d’intérêts particuliers.

C’est en suivant cette logique que Veolia s’est doté d’une raison d’être en 2019, qui rappelle l’entreprise à l’essentiel. Son élaboration a été le fruit d’un travail et d’un processus collaboratif sans précédent. Ont ainsi été associés à sa définition les collaborateurs du groupe lors d’une consultation interne, le conseil d’administration, le comité exécutif, le comité des Critical Friends de Veolia (experts externes), des clients ainsi que des panels de citoyens. Ce processus collaboratif et itératif a permis d’assurer l’adhésion à la démarche des parties prenantes internes et externes. La raison d’être de Veolia place l’utilité au cœur d’une vision élargie de l’entreprise et précise les cinq catégories de parties prenantes du groupe. Elle s’exprime dans un texte, de 550 mots en français, qui pose cette vision, qui fixe des priorités d’action et lui donne un cap, une feuille de route collective. Mais ce qui fait l’originalité de l’initiative de Veolia, c’est que sa raison d’être s’incarne dans une démarche de progrès partagé, que le programme stratégique du groupe met en œuvre dans une volonté de performance plurielle.

Veolia s’engage ainsi à mettre au même niveau d’exigence et d’atten­tion ses performances économique, financière, commerciale, sociale, sociétale et environnementale, dans une recherche d’équilibre d’im­pact pour l’ensemble de ses parties prenantes, dans tous les pays où le groupe opère.

Pour montrer la sincérité de sa démarche et cré­dibiliser son engagement, Veolia a mis en place 19 indicateurs chiffrés et mesurables à l’horizon 2023, qui seront vérifiés par des organismes indépendants. Ils entrent dans le calcul de la rémunération variable des dirigeants du groupe. Par ailleurs, les Critical Friends sont régulièrement sollicités pour donner leur avis et éprouver la pertinence de ces référentiels. In fine, chez Veolia, nous avons fait nôtre la maxime : “une entreprise est prospère parce qu’elle est utile et non l’inverse !” »

Dalkia

Sylvie JEHANNO

PDG DALKIA

« La mobilisation pour le climat, poussée par les plus jeunes générations en quête de sens, percute les entreprises et remet la question de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) plus que jamais sur le devant de la scène. Auparavant considérées comme de simples sujets d’image portés par un département, les politiques de RSE sont aujourd’hui la preuve de l’engagement responsable, concret et tangible de l’entreprise dans les sujets de société et d’environnement. Attendue par les citoyens, par les jeunes, par les clients, par les actionnaires, elle devient un véritable levier de différenciation et d’attractivité de l’entreprise. Elle est partie intégrante de sa stratégie.

Dans ce cadre, la RSE ne doit plus être l’affaire d’une seule équipe mais émaner de l’entreprise dans sa globalité, de chacun de ses salariés et dirigeants, toutes directions confondues, et se refléter dans sa raison d’être.

Chez Dalkia, grâce à nos métiers, ceux de la perfor­mance énergétique et des énergies renouvelables, nous nous intégrons dans la raison d’être du groupe EDF : « Construire un avenir énergétique neutre en CO2 conciliant préservation de la planète, bien-être et dé­veloppement, grâce à l’électricité et à des solutions et services innovants ».

Ces actions, nous les choisissons ou les challengeons avec les plus jeunes de l’entreprise, ceux-là mêmes qui s’inquiètent pour l’avenir de la planète et qui sont moteurs pour accélérer la transition énergé­tique. Ce sont eux qui nous poussent constamment à aller plus loin – nous le constatons à chaque fois que nous réunissons le groupe de travail que nous avons initié avec des jeunes pour dessiner l’entreprise responsable que nous voulons être.

Nous nous mobilisons par ailleurs à travers les plans lancés par les pouvoirs publics 1jeune1solution et 1jeune1mentor pour les aider à trouver un métier porteur qui a du sens et qui répond à leur besoin d’ac­tion pour relever les défis du climat et de la société. Nous les accompagnons à travers la formation, le tutorat et notamment l’alternance qui est le premier pôle de recrutement de Dalkia. Chaque année, nous accueillons ainsi près de 500 alternants pour les for­mer aux métiers de la transition énergétique.

Nous faisons également évoluer nos conditions de travail pour répondre à leur besoin d’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle. Nous venons ainsi de signer de nouveaux accords sur le télétravail, et continuons notre transformation numérique.

Lutte contre le changement climatique, mixité, han­dicap, diversité, égalité des chances, environnement, formation, emploi local… Nous souhaitons avancer encore plus vite dans nos engagements, c’est pourquoi nous avons choisi de calculer notre indice de positivité. Cet indice nous servira de base pour avancer et nous améliorer encore chaque jour sur ces thèmes essentiels.

leboncoin

Antoine JOUTEAU

CEO leboncoin

En avril dernier, leboncoin célébrait ses 15 ans et publiait une étude visant à montrer l’impact social, économique et environnemental de la plateforme. En 15 ans, leboncoin est devenu un réflexe quotidien permettant à près d’un français sur deux de consoommer mieux en limitant l’incidence de ses achats sur la planète et stimulant son pouvoir d’achat.

Aujourd’hui leboncoin rassemble près de 45 millions d’annonces, offrant aux français l’opportunité de se meubler, de partir en vacances, de trouver un emploi ou encore de développer leur entreprise. la force du boncoin vient aussi et surtout d’un ADN prônant la proximité, la facilité d’usage et l’évolution permanent. Malgré un outil 100% digital, leboncoin est à l’origine de près de 110 millions de transactions chaque année dont 80% en face à face et aide près de 500 000 entreprises, partout sur le territoire à développer leur activit. Convaincu du rôle que le numérique joue et jouera dans le développement des territoires, nous développons également des programmes de soutien à la création d’activité, notamment, au cœur de territoires. Comprendre l’impact du boncoin dans la vie de français, nous donne envoie d’aller toujours plus loin. C’est pourquoi en 2020 nous avons adopté une raison d’être: « Donner à chacun le pouvoir de vivre mieux au quotidien ».

Avec l’adoption de cette raison d’Etre, nous souhaitons inscrire l’impact au cœur de notre projet d’entreprise et porter auprès du plsu grand nombre notre vision d’une économie plus responsable, durable et inclusive. En ce sens, nous collaborons depuis bientôt deux ans avec les équipes de l’Institut de l’Economie Positive. dans le cadre de ce partenariat nous tentons d’inspirer chacun d’entre nous à devenir acteur d’un monde plus positif et responsable.

Groupe Egis

credit: Nicolas Robin

Laurent GERMAIN

Directeur général, groupe Egis

Imaginer, concevoir et concrétiser un futur durable

Cela fait maintenant deux ans qu’Egis collabore avec le LH Forum. Dans le cadre de ce partenariat, nous saisissons l’opportunité qui nous est offerte de faire avancer le débat sur les grandes interrogations de notre temps, aux côtés de tous les acteurs engagés pour une transition positive et durable de nos territoires.

Egis est un groupe en pleine évolution, qui opère sur un très grand nombre de projets, dans tous les domaines constitutifs de notre société : le bâtiment, les transports, l’eau, l’énergie, la ville, les services à la mobilité… Des projets utiles, novateurs, passionnants, qui contribuent au mieux-vivre des populations et répondent aux grands défis du XXIe siècle : le climat, dont le GIEC vient une fois de plus de nous rappeler toute l’importance, la révolution numérique, l’émergence des nouvelles mobilités, la construction de villes durables et bas carbone. C’est là notre vocation, notre identité, notre raison d’être. Ensemble, nous imaginons, concevons et concrétisons les plus beaux projets pour façonner le monde d’aujourd’hui et de demain. Cette vocation résonne en nous tous, femmes, hommes, de tous âges et de tous horizons, rassemblés autour des mêmes valeurs et mus par une même volonté d’agir pour les causes qui nous sont chères.

*Cette année, la réflexion lors du LH Forum porte sur l’économie maritime et les enjeux environnementaux portés par la ressource en eau. Egis intervient partout dans le monde pour garantir et faciliter l’accès à cette ressource de première nécessité, en concevant et sécurisant des barrages, ainsi que des systèmes d’alimentation en eau potable en Afrique, en Inde ou encore en Asie-Pacifique. En ce qui concerne la mer, nous œuvrons pour protéger les côtes, anticiper la montée des eaux et prévenir les catastrophes naturelles dans les pays et territoires les plus sujets aux inondations. En Europe, nous sommes également maître d’œuvre du projet structurant Canal Seine-Nord, qui agira comme un véritable accélérateur de la transition énergétique et écologique en favorisant le report vers des modes de transport bas carbone et compétitifs économiquement. Dans une logique de réseau, le canal fluidifiera la circulation des marchandises et facilitera ainsi les échanges entre l’Europe du Nord et les ports de Dunkerque, Le Havre et Rouen, au bénéfice immédiat de tous ces territoires.

Autant de projets qui nous rappellent combien il est essentiel de prendre soin de notre planète et de ses ressources si l’on souhaite pouvoir subvenir aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. C’est l’entreprise louable que nous poursuivons chaque jour, avec toute l’ingéniosité et la détermination dont nous sommes capables.

Engie

Catherine MAC GREGOR

Directrice Générale d’ENGIE

Sous l’impulsion de la transition énergétique qui est au coeur des plans de relance, le secteur de l’énergie entre aujourd’hui dans un cycle de transformation majeure. Plus de 120 pays et encore davantage de villes et d’entreprises sont aujourd’hui engagés pour la neutralité carbone d’ici 2050.

Le développement des énergies renouvelables est en plein essor et on s’attend à ce que la capacité de re­nouvelables triple au cours des 20 prochaines années à l’échelle mondiale avec plus de 7 000 GW de nou­velles capacités. Sur la seule année 2020, et malgré la crise sanitaire, les capacités installées supplémen­taires ont augmenté de 50 %. En France également, les renouvelables seront indispensables pour décar­boner entièrement le système électrique ! Ce nouveau monde de l’énergie qui se dessine, nous voulons, chez ENGIE, y jouer un rôle majeur et nous avons décidé d’accélérer massivement nos investissements pour faire de cette transition énergétique une réalité.

ENGIE est en effet un acteur énergétique mondial centré sur les énergies renouvelables et les infrastruc­tures, un acteur qui accompagne et rend possible la décarbonation de ses clients. Un acteur qui construit, dès aujourd’hui, le système énergétique bas-carbone de demain.

Nous disposons d’atouts uniques : un portefeuille d’actifs solide ; des expertises historiques, dans les domaines de l’électricité et du gaz, dont on sait qu’il est un levier indispensable à toutes les étapes de la transition ; et enfin des équipes expertes.

Nous avons décidé de nous engager de manière volontariste avec l’ambi­tion d’être « Net zero en carbone » d’ici 2045.

Cette ambition se traduit par des objectifs concrets, notamment dans les renouvelables et les infrastructures énergétiques décentralisées : sortir de la production d’électricité à partir de charbon d’ici 2027 ; passer de 31 GW d’énergies renouvelables en 2020 à 50 GW en 2025 puis 80 en 2030 ; éviter 45 millions de tonnes d’émissions de CO2 à nos clients d’ici 2030 ; et développer une capacité de production de 4 GW d’hydrogène renouvelable d’ici 2030.

Dans ce contexte, les énergies marines auront toute leur place. Avec notre partenaire EDPR, nous développons dès aujourd’hui des projets d’éolien en mer pour 1,5 GW et nous visons une capacité entre 5 et 7 GW d’éolien en mer d’ici 2025. Et parce que nous sommes convaincus du potentiel immense de l’éolien en mer, nous investissons pour développer les technologies de demain en misant sur l’éolien flottant avec le projet Windfloat Atlantic, premier parc éolien flottant en Europe continentale.

Forts de nos engagements, nous sommes prêts à relever le défi de la lutte contre le réchauffement climatique et à fédérer l’ensemble des acteurs qui pourront contribuer à créer les conditions d’une tran­sition énergétique abordable, fiable et durable.

George SIFFREDI

Président du Département des Hauts-de-Seine

Depuis 2017, le Département des Hauts-de-Seine démontre son engagement en faveur d’une écono­mie positive et inclusive. A cet effet, le Département des Hauts-de-Seine a été le premier département de France à calculer son indice de positivité. Depuis quatre ans, la progression continue et l’excellent score témoigne de son investissement sans faille en faveur de la transition et du développement durable pour un territoire toujours plus attractif, solidaire et résilient.

La crise sanitaire que nous traversons a démontré le rôle décisif joué par l’échelon local pour soutenir nos concitoyens. Notre Département a su réagir pour maintenir sa présence sur le terrain et exercer ses missions essentielles de solidarité.

Nous avons pleinement assuré notre rôle de bouclier social, en enga­geant 120 millions d’euros de dépenses supplémentaires au bénéfice des habi­tants, des commerçants, des petites entreprises ainsi que des communes.

Au-delà de l’urgence, notre département a égale­ment contribué à la relance économique, par une politique déterminée d’investissement, génératrice de croissance et d’emploi. Plus que jamais nous in­vestissons pour améliorer le cadre et les conditions de vie de nos concitoyens, dans la continuité des grandes transformations et des projets engagés ces dernières années, qui forgent l’identité du territoire alto-séquanais et renforcent son attractivité.