Lutter contre la surexploitation des ressources marines, la dégradation de l’océan et la surcapacité de pêche

Les écosystèmes marins sont surexploités et dégradés par de nombreuses activités humaines, parmi lesquelles la pêche. Certaines subventions incitent financièrement à la pêche intensive et aggravent cette tendance. Sans un changement profond des pratiques de pêche au niveau mondial, les conséquences de cette exploitation affecteront de plus en plus sévèrement les trois milliards de personnes dépendant de la biodiversité marine dans le monde.

Objectifs

L’Objectif de Développement Durable n°14, pris par les Nations Unies en 2015, constitue d’ores et déjà un engagement ambitieux visant à interdire les subventions encourageant la surcapacité des flottes, la surpêche et la pêche illégale à l’horizon 2020.

Il est du devoir du G20 de réaffirmer cette ambition et de la mettre en œuvre en établissant un accord mondial contraignant, en déployant des politiques nationales visant cette mise en œuvre, et en publiant des données fiables et régulières sur les subventions.

 

Plan d’action 

Rédiger une déclaration commune du G20, publiée lors du Sommet 

Pour respecter l’ODD n°14, le G20 doit rédiger une déclaration commune réaffirmant cet objectif.

Mettre en place un accord global contraignant

Dans la lignée directe de cette déclaration, le G20 devra mettre en place un accord multilatéral reprenant les indications de l’ODD n°14, contraignant sur tous les points cités, et prévoyant un « traitement spécial et différencié efficace et approprié aux pays en développement et aux pays les moins avancés« .

Transcrire cet engagement dans les politiques nationales 

Avant même la mise en place de cet accord mondial, le G20 devra décliner ces objectifs dans ses politiques nationales.

Publier des données détaillées sur les subventions publiques à la pêche 

Le G20 devra s’engager à publier annuellement, dès la fin 2019, des données détaillées, précises et à jour sur les subventions publiques allouées au secteur de la pêche, qui seront mises à la disposition du public.

Encourager les pratiques réduisant la pression sur les écosystèmes halieutiques, telles que l’aquaculture

En parallèle, nous demandons au G20 de soutenir la pêche durable, la restauration des écosystèmes marins, ainsi que l’aquaculture durable, outil clé pour contrer la surexploitation des ressources halieutiques. Les Etats pourraient par exemple allouer des subventions ciblées à ces pratiques.

Indicateurs

Vous aussi, participez au suivi des propositions et aidez nous à surveiller l’évolution des indicateurs !

Contact : lea.guinet@positiveplanet.ngo

Territoires et entreprises se sont également engagés pour la mise en œuvre des propositions citoyennes

S'inscrire à notre newsletter