Stimuler l’emploi des jeunes en accélérant le développement de l’apprentissage aux niveaux mondial et local

Dans le monde entier, on dénombre officiellement plus de 74 millions de jeunes sans emploi, mais des dizaines de millions d’autres sont sans activité aucune et ne sont pas recensés. Pour préserver l’équilibre social et économique de demain, il est indispensable que tous les jeunes sans distinction puissent acquérir des compétences techniques et professionnelles favorisant l’entrepreneuriat, la créativité, l’innovation et leur intégration sur le marché du travail.

Les pays ayant su endiguer la spirale négative de manque d’expérience et de chômage des jeunes, tels que la Suisse ou l’Allemagne, sont ceux qui ont su bâtir des systèmes efficaces d’apprentissage professionnel. Ces systèmes prévoient la création de partenariats entre des entreprises, des organisations internationales et des fédérations d’employeurs. Le GAN (Global Apprenticeship Network) est un exemple de coalition regroupant ces différents acteurs.

Objectifs

Favoriser l’apprentissage comme moyen d’insertion des jeunes dans le marché du travail est essentiel, et ce en complément de l’enseignement classique. En s’engageant à embaucher d’elles-mêmes une part ambitieuse d’apprentis, les structures peuvent faire de l’apprentissage un levier majeur d’acquisition de compétences et d’intégration dans le monde du travail. Il ne s’agit pas d’imposer un quota mais bien d’inciter les entreprises à fixer elles-mêmes cette part ambitieuse.

L’enjeu à l’horizon 2025 est ainsi de :

  • Multiplier par 1,5 le nombre d’apprentis dans les pays du G20
  • Atteindre 15% de jeunes qui effectuent leur apprentissage (ou une partie) à l’étranger. Les expériences à l’international, souvent très reconnues, sont effectivement un des facteurs de l’accélération de la carrière professionnelle.

Plan d’action 

Recrutement d’un plus grand nombre d’apprentis dans les effectifs des entreprises via des plateformes nationales

Pour parvenir à un engagement de la part des entreprises, il est nécessaire que les Etats du G20 mettent en place des mesures incitatives qui les encouragent à intégrer de jeunes apprentis dans leurs effectifs.

La 1ère étape, pour les chefs d’Etat et de gouvernement du G20 est de favoriser la mise en relation entre les jeunes en recherche d’apprentissage, les apprentis formés et les entreprises. De telles plateformes de mise en relation peuvent également devenir le canal privilégié de partages des meilleures pratiques entre pays et une source de comparaison internationale.

Promotion de la mobilité internationale des apprentis 

En créant un Erasmus de l’apprentissage, adossé à des procédures d’obtentions de visas facilitées pour les apprentis, les pays du G20 dynamiseront l’apprentissage et les échanges internationaux de talents, compétences et opportunités. Un tel programme a pour avantage de revaloriser l’apprentissage en améliorant les perspectives des jeunes qui n’auraient pas eu l’occasion d’avoir une expérience préalable à l’étranger.

D’un point de vue macroéconomique, une telle possibilité d’échanges de talents est aussi un moyen de lever les barrières « Nord-Sud » en améliorant la circulation des travailleurs qualifiés vers les marchés où les compétences acquises en apprentissage sont nécessaires aux entreprises.

Financement d’un écosystème global de l’apprentissage

Tout dispositif doit évidemment être financé : les Etats qui ont déjà un dispositif en place n’auront qu’à attribuer une partie du financement de ces dispositifs à la création, entretien et développement de ces plateformes. Les modèles de financement étant dans la majorité des cas un mélange de fonds étatiques et de fonds des entreprises, ces plateformes deviendront alors directement un outil créé par et pour les usages de l’Etat et des entreprises.

Indicateurs

Vous aussi, participez au suivi des propositions et aidez nous à surveiller l’évolution des indicateurs !

Contact : lea.guinet@positiveplanet.ngo

Territoires et entreprises se sont également engagés pour la mise en œuvre des propositions citoyennes

S'inscrire à notre newsletter